LE JOURNAL EN PDF

Cliquez sur l'image
pour lancer le téléchargement
du journal de la semaine.

Saint-Affricain du 12_13_2017

Fichier pdf (4/5Mo)

Recherche
Acrobat Reader

Utilisez Adobe Reader pour visualiser les fichiers PDF du Saint-Affricain.
Vous pouvez le télécharger en cliquant sur l'image ci-dessous.

Télécharger acrobat  reader

Bannière

PostHeaderIcon Actualités

Journal du 07 septembre 2016


Suite de la conférence de presse d'Alain Fauconnier sur la rentrée scolaire dans les écoles publiques primaire et maternelles de Saint-Affrique.

En parlant de citoyenneté Alain Fauconnier annonçait qu'à partir de cette année « une cérémonie sera organisée à la plaque des Justes (devant la salle des fêtes) pour se remémorer qu'en 1942 des familles et beaucoup d'enfants ont été raflés ( et il n'y a avait pas un seul allemand à St-Affrique). Cette cérémonie se fera avec les élèves des écoles primaires le 9 septembre en présence de M. Massebaum». Il y aura également un travail avec Xavier Pommereau sur le thème des addictions avec les éducateurs de la ville mais aussi une réunion publique en direction des parents. En ce qui concerne la Maison d'Education Populaire « elle porte bien son nom » ajoutait-il « elle devrait être opérationnelle à la Toussaint. Il faudra contribuer à la faire vivre. Si certaines personnes ont du temps ce serait bien de créer une petite structure de gens bénévoles dans cette nouvelle démarche. Il y a des éléments de vie sociale qu'on a laissé se disloquer. Il est important de partir à la reconquête de la solidarité, de la fraternité et du vivre ensemble. Cette maison peut être un lieu de rencontre et d'échanges. Les symboles sont importants, il faudra retrouver des symboles forts pour retrouver de nouveaux repères ». Au niveau des écoles, des vidéo-projecteurs ont été installés dans les salles de classe. Il a été demandé aux différents directeurs leurs besoins dans le domaine du mutimédia. Le budget global était de de 20.000 €. A la maternelle gare ont été achetées des tablettes et il y a également eu des travaux de réfection des planchers. Pour la sécurité, 200 barrières ont été achetées par la collectivité. Au total près de 500 enfants ont repris le chemin des écoles publiques : 119 à la maternelle Gare, 83 à la maternelle Caussat et 289 au primaire Blanchard. « Il s'agit d'une des plus grandes écoles primaires du département » concluait le maire.

Mis à jour ( Mardi, 06 Septembre 2016 15:35 )

Lire la suite...

 

Journal du 06 juillet 2016


Championnat du Monde des BAJAS

Loic-MinaudierPremière étape du Championnat du Monde des BAJAS qui se conclue par une très satisfaisante 4ème position!! Le plaisir à été au rendez-vous sur chaque spéciales où la vitesse de pointe atteignait 160 kms/h... Prochaine étape dans 3 semaines en Espagne pour la BAJA d'Aragon!!! Merci à tous pour votre soutien et vos encouragements.

Loic Minaudier


Mis à jour ( Vendredi, 08 Juillet 2016 13:56 )

 

Journal du 06 juillet 2016


Tous les abattoirs aveyronnais ont été contrôlés
pour la protection des animaux

Rodez,le 6 juillet 2016

COMMUNIQUE DE PRESSE

Tous les abattoirs aveyronnais ont été contrôlés pour la protection des animaux

Tous les abattoirs d'animaux de boucherie aveyronnais en fonctionnement en avril 2016 ont été contrôlés, soit 7 établissements comprenant 12 chaînes d'abattage d’animaux de boucherie. Ces contrôles font suite à la demande du ministre de l’agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt de réaliser une inspection spécifique sur la thématique de la protection animale de tous les abattoirs d'animaux de boucherie. La réglementation européenne confie aux exploitants la responsabilité de prendre toutes les mesures nécessaires afin d'assurer la protection des animaux lors de leur mise à mort, en prenant en compte notamment les meilleures pratiques en la matière. Les inspections du mois d'avril 2016 ont porté sur le respect des obligations incombant au professionnel à savoir, apporter la preuve de la maîtrise de la protection des animaux tout au long du processus d'abattage. En particulier, il a été vérifié que toute douleur, détresse ou souffrance évitable pendant la mise à mort était bien épargnée aux animaux. Près de 50% des inspections concluent à un niveau de maîtrise des risques satisfaisant à acceptable. Dans 50 % des inspections, le niveau de maîtrise des risques a été jugé insuffisant.

Les constats réalisés :

La non-conformité la plus fréquente : Il s'agit d'une carence d'ordre documentaire ne permettant pas d'apporter les preuves de maîtrise par l'exploitant, sans pour autant qu'il y ait systématiquement de manquement observé dans les pratiques pendant les opérations d'abattage vis-à-vis de la protection animale. Exemple : la maintenance des appareils d'étourdissement est réalisée mais aucune preuve de sa réalisation n'est apportée. PREFECTURE Direction des Services du Cabinet Bureau du cabinet et de la communication interministérielle

Les principales non-conformités moyennes à graves constatées : Il s'agit principalement de défauts de conception ou de vétusté des locaux d'hébergement et d'amenée des animaux (8 chaînes) ou de problèmes d’étourdissement ou d’immobilisation des animaux (5 chaînes). Il est à noter que 2 établissements totalisant 6 chaînes d’inspection disposant d’installations d’hébergement vétustes ont élaboré des plans de rénovation finalisés antérieurement à la conduite des inspections du mois d’avril 2016. Les travaux prévus, qui englobent les impératifs liés à la protection animale ont été engagés juste avant ou juste après ces inspections. Dans la plupart des cas, des mesures correctives immédiates ont été exigées par les services d'inspection et ont permis de reprendre l’activité d’abattage après un arrêt ponctuel de la chaîne pour corriger les problèmes d’étourdissement ou d’immobilisation.

Les suites et sanctions données aux contrôles par les services de l’État :

La plus grande fermeté a été appliquée par les services d'inspection dans le traitement des nonconformités relevées. Les non-conformités les plus graves ont ainsi donné lieu à des suites immédiates pouvant aller jusqu'à l'arrêt de l'activité (arrêt de l’abattage de certaines catégories sur les chaînes : veaux, agneaux de lait). Elles concernent 3 chaînes inspectées. 4 avertissements (rappels à la réglementation) ont été donnés et 3 exploitants ont été mis en demeure d’apporter des corrections à leur système, dans un délai fixé par l’administration en fonction de la nature de l'action corrective à apporter (structures ou équipements, formation, système documentaire, etc.). Un procès-verbal a été dressé à l'encontre d’un établissement en raison de défauts de fonctionnement pouvant avoir des conséquences sur les animaux.

Perspectives : Les contrôles officiels existants se poursuivent afin d'assurer la conformité des établissements au regard de la protection animale selon les trois méthodes complémentaires : - un audit complet a minima annuel, - des inspections mensuelles des contrôles internes (système documentaire), - des inspections quotidiennes et inopinées du fonctionnement. En cas de non-conformité, il est procédé à un suivi exhaustif de la bonne mise en oeuvre des actions correctives par les exploitants, dans les délais fixés. Un travail de fond est également conduit avec toutes les parties concernées sur la thématique de la protection animale en abattoir. Ce travail s'inscrit dans le cadre de la première stratégie nationale en faveur du bien-être animal présentée par le ministre le 5 avril 2016.
Cette stratégie nationale, définie pour la période 2016-2020, se décline en un plan de 20 actions prioritaires dont 4 concernent l’exigence de protection animale à l’abattoir :
1- Renforcer le contrôle de l’État
2- Renforcer la vigilance au sein des abattoirs
3- Promouvoir la modernisation des structures et des matériels d'étourdissement en abattoir et soutenir les recherches de techniques alternatives
4- Faire évoluer les pratiques pour mieux appliquer la réglementation en matière de transport des animaux en recensant les bonnes pratiques et définir les modalités de mise en oeuvre de l'abattage à la ferme.


Mis à jour ( Vendredi, 08 Juillet 2016 14:02 )

 

Journal du 15 juin 2016


Suite de l'article sur la communauté de communes

« « ...Ce bail est consenti aux conditions énumérées précédemment mais avec un investissement de 1,9 millions d’euros au lieu des 1,2 millions d’euros initialement prévus. Cet investissement est assuré par la nouvelle société privée, le tout revenant en propriété à la collectivité à la fin du bail. Compte tenu de l’ampleur de l’investissement d’une part, et de la localisation particulière de l’abattoir et de son estimation, le loyer a été fixé à 12 000 € annuel et la taxe foncière ne sera prise en charge par le repreneur que sur la moitié du bail. La cession du fonds de commerce entre la SEML Abattage et Découpe et la société d’abattage du sud-Aveyron a été consentie pour une somme de 40 000 €.

Nous allons donc prendre 6 délibérations.

Mis à jour ( Mardi, 14 Juin 2016 15:09 )

Lire la suite...

 

Journal du 1er juin 2016


Suite du conseil municipal du 30 mai

Accord sur le projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion des communautés de communes du St-Affricain et des 7 Vallons.

« Les intercommunalités sont amenées à se regrouper avec un effet au 1er janvier 2017 » annonçait le maire. LA CDCI a voté pour ajouter la communauté de communes des 7 Vallons à celle de St-Affrique. « Parmi celles-ci 3 souhaitaient rejoindre le Réquistanais mais pour l'instant n'ont pas formulé de demande écrite auprès de la CDCI. Chaque commune de ces communautés puis les communautés de communes doivent délibérer sur ce point ». Il s'agit des communes de Brasc, la Bastide Solages, Coupiac, Martrin, Montclar, Plaisance et St Juéry. M. Pellerin demandait ce qu'il en était du PLUi par rapport à ce regroupement. « Aujourd'hui nous avons engagé une étude sur notre périmètre, dans l'immédiat on s'en tient à ça. Il va y avoir une période compliquée pendant 1 ou 2 ans pour la gestion des équipements notamment et des compétences qui ne sont pas les mêmes pour les deux communautés de communes actuelles. L'objectif final est de regrouper les structures et supprimer un certain nombre de syndicats communaux et intercommunaux. Le paradoxe de la situation est que l'on a effectué ces regroupements sans en connaître l'impact financier ». Un vote contre.

Mis à jour ( Mardi, 31 Mai 2016 14:14 )

Lire la suite...

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 7 sur 25